Une expérience du lap-book : autonomie, créativité et motivation

Avec mes élèves de 5èmes, nous avons travaillé sur le roman Michel Strogoff récemment. Je voulais leur proposer une activité qui sorte de l’ordinaire, qui leur permette de travailler de façon autonome et de faire preuve d’un peu de créativité. Je leur ai donc proposé de faire des lap-book autour de notre étude de l’oeuvre. Je vais d’abord parler des consignes que nous avons élaborées pour ce travail, puis de l’intérêt d’une telle réalisation. Enfin, photos à l’appui, je montrerai quelques exemples de ce que les élèves ont fabriqué.

1. Les consignes du lap-book

Après la lecture des premiers chapitres de l’oeuvre, les élèves ont relevé de nombreux termes qui leur étaient inconnus du fait de leur méconnaissance de la culture russe (moujik par exemple). Il nous a semblé important alors de consacrer une partie du lap-book à la vie en Russie. Les élèves ont choisi deux thèmes dans la liste suivante : religions, habitations, costumes, traditions, fêtes, langue, nourriture…

Comme Michel Strogoff traverse une grande partie toute la Russie européenne et une grande partie de la Sibérie, nous avons consacré une autre partie de nos recherches à la géographie russe (ceux qui le préféraient pouvaient à la place faire des recherches sur l’histoire).

Pour ces recherches, nous avions en classe une dizaine de livres que les élèves se faisaient passer en fonction de leurs besoins.

Enfin, pour garder trace du roman, les élèves devaient d’une part faire des fiches personnages, et d’autre part, retracer la trame de l’histoire.

J’ai lu une grande partie de l’oeuvre en classe, à voix haute, en alternant avec des chapitres à lire à la maison. La lecture par le professeur permet d’aider la compréhension des élèves, et engendre une plus grande motivation pour la lecture qu’une lecture solitaire, surtout face à une oeuvre classique, plus difficile d’approche pour certains adolescents.

2. L’intérêt de ce travail

Les élèves étaient complètement libres dans la réalisation de leur travail. Cette liberté est souvent le gage d’une réelle motivation de la part des élèves qui peuvent s’organiser comme ils le souhaitent, et mener les recherches sur les thèmes qui les intéressent. Une vraie atmosphère de travail s’est fait sentir dans la classe.

Cette liberté est également pour eux l’occasion de découvrir l’autonomie. Je n’ai donné aucune échéance intermédiaire. Au début, certains avaient du mal à réaliser quelque chose de concret, ils s’éparpillaient dans les recherches, ne pensaient qu’à la forme sans avoir aucun contenu. Puis peu à peu, notamment en regardant les autres travailler, presque tous ont su se mettre au boulot et terminer dans les temps.

J’ai été très fière des élèves lors de la dernière semaine de travail. En effet, certains avaient déjà terminé alors que d’autres avaient plutôt décroché et ne savaient pas du tout comment rattraper leur retard. Les premiers sont donc allés aider de façon spontanée les autres, ce qui a donné lieu à une très belle entraide. Comme le travail était libre, cette aide ne s’est pas transformé en proposition de copiage comme c’est parfois le cas, mais vraiment en recherche de la façon dont le travail de l’élève en difficulté pouvait avancer.

Cette réalisation a permis aux élèves de faire preuve de créativité. J’ai eu le plaisir de découvrir les talents de dessin, de décoration, de scrapbooking qui se cachaient dans la classe. Les élèves étaient d’autant plus motivés par le travail qu’ils avaient enfin l’occasion de montrer ce dont ils sont capables. J’ai profité également de cette activité pour apprendre à certains à coudre, qui ont ensuite transmis cette nouvelle compétence à d’autres.

3. Les réalisations

J’ai eu beaucoup de difficultés à choisir. J’ai eu un très grand nombre de travaux de qualité. J’ai fait une sélection pour essayer de montrer la variété des idées. De nombreux autres très beaux travaux ne sont pas présentés ici, ç’aurait été trop long de tout photographier, retoucher et insérer.

lap-book au collège

 Sur cette première image on voit deux exemples de l’ingéniosité mise en place par les élèves pour fermer le lap-book. J’ai également trouvé de la pâte à fixe, un sceau à la cire, des élastiques…

lap-book

Ce lap book est très ingénieux. L’illustration de maison s’ouvre en deux rabats à l’intérieur desquels on trouve une photo de l’intérieur de la maison et des explications. Le rabat vert dévoile une carte de la Russie ainsi que des explications de géographie, et une série de rabats aux couleurs du drapeau russe nous racontant l’histoire. Les personnages sont présentés dans les cercles à droite, et le livre en bas à droite en feuilles plastiques contient des photos et explications de recettes russes.

lap-book  les outils des paysans en russie

Sur l’image de gauche, l’élève a dessiné les outils des paysans russes du Moyen-Age et les a accrochés à un ruban. On peut les faire glisser le long du ruban pour mieux lire les explications. Cette présentation est très plaisante.

Ci-dessous j’ai regroupé plusieurs photos avec de nombreuses idées super (j’ai eu un coup de coeur pour les vêtements accrochés à un fil par des pinces à linge miniatures).

lap-book pêle mêle d'exemples

Voici une façon originale de présenter les personnages du roman : les rabats cachent la fiche du personnage, et affichent une petite devinette proposant de deviner de qui on va parler. A droite, l’intérieur de ce lap-book avec les multiples rabats et enveloppes cachant les nombreuses informationslap-book rabats avec devinettes
lap-book Russie et Michel Strogoff

lap-book créativité

Ce lap-book bleu est vraiment de très bonne qualité. L’élève a pu déployer ses talents créatifs, je suis très heureuse de les avoir découverts. Le titre est écrit avec un stylo écrivant en relief.

Vous pouvez également admirer sur la dernière double page le dessin du parcours de Michel Strogoff.

Ci dessous, vous voyez à gauche la façon dont en une seule page, l’élève a réussi à compiler des informations très nombreuses par tout un jeu de rabats et enveloppes. Une enveloppe en tissu contient les fiches des personnages. Cette enveloppe est maintenue sur la feuille par un bouton. Si on le détache, on découvre une feuille pliée. En la dépliant, on peut admirer le dessin du parcours du héros à travers la Russie. Sur le rabat intérieur est collée une photo de paysage formant ainsi une enveloppe contenant une fiche explicative sur la géographie russe.

Sur la photo de droite, on trouve : 1 : un article de presse imitant un article écrit par Harry Blount et relatant avec vie les aventures de Michel Strogoff. 2 : Des rabats sous les quels sont présentés les costumes russes. 3 : Un petit livre aux couleurs du drapeau russe avec des recettes. 4 : une enveloppe arrondie contenant des fiches sur la géographie. 5 : une roue où chaque trou présente un personnage.

lap-book les élèves de collège sont créatifs et ingénieux

lap-book michel strogoff 1Si vous êtes de passage sur ce blog pour la première fois, n’hésitez pas à aller lire le roman que je suis en train d’écrire, cela me ferait très plaisir, Merci !

Publicités

4 commentaires sur “Une expérience du lap-book : autonomie, créativité et motivation

  1. Bonjour,
    D’abord bravo pour ce travail! Je suis émerveillée par les travaux des élèves!
    je suis moi même professeur en collège (de maths), et je me demande comment vous avez procédé pour faire ce travail: l’ont ils fait chez eux ou en classe? au CDI? combien de séances en classe ont été nécessaires?
    Merci!

    • Merci 🙂 Nous l’avons fait en partie en classe et en partie à la maison (les plus efficaces ont pu quasiment tout faire en classe). Nous avons travaillé pendant 5 semaines sur le lap-book, à raison de 4h de français par semaine. Les séances n’étaient pas complètement consacrées à cela, j’ai lu environ la moitié du roman à voix haute pendant les cours (en alternance avec des chapitres lus à la maison). Nous avons également écouté des exposés et fait un chouia de grammaire. La liberté et l’autonomie accordée aux élèves compte énormément dans la qualité finale du résultat. Quand ils se sentent libres, ils s’investissent complètement et font des choses super chouettes.

  2. Je tombe par hasard sur votre blog. Je fais du Montessori pour les primaires et ce que vous décrivez est très exactement ce que Maria Montessori décripte sur sa pédagogie des 3-12 ans. Comme quoi même quand on laisse les jeunes s’exprimer ils le font avec beaucoup de plaisirs, d’ingéniosité et d’investissement. Bravo !

    • Merci pour votre visite et votre commentaire 🙂 Je suis une grande fan de Montessori et des pédagogies alternatives de façon générale. Ce sont de formidables sources d’inspiration, même pour les enseignants comme moi dans le système traditionnel. J’espère arriver à mettre de plus en plus de choses en place dans mes classes (dès que j’aurai un poste fixe !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s