Quand j’étais soldate, Valérie Zenatti

Voici un roman très intéressant. En effet, l’auteur Valérie Zenattiroman jeunesse adolescents armée service militaire écrit l’autobiographie de deux années très particulières de sa vie. Née en France, elle a émigré en Israël à l’âge de 13 ans. Or là-bas, tous les jeunes de 18 ans, garçons et filles, partent pour un service militaire de deux ans. Juste après son bac, elle est engagée comme les autres, et part faire ses classes. Elle apprend à manier une arme, à faire son lit au carré, à obéir aux ordres, à dormir 6h par nuit, à se relever la nuit pour appeler ses parents ou ses amis depuis la cabine téléphonique du camp… Et puis après la période des classes vient le temps des affectations dans un service. Valérie entre dans le service des renseignements. Là elle va découvrir un tout nouvel univers.

Il ne se passe rien d’extraordinaire dans ce roman. L’auteur raconte simplement son expérience du service militaire en Israël. Aucun événement sensationnel n’a lieu. Et pourtant, tout est passionnant. On découvre un pays, une mentalité, un milieu, celui de l’armée. Il ne faut pas oublier qu’Israël est un pays entouré de zones de conflits, lui-même en conflit permanent avec le peuple palestinien. D’ailleurs l’auteur montre bien toute l’ambiguïté de l’attitude israëlienne face à ce problème (même si c’est vraiment mieux analysé dans le roman cité au début de l’article). La jeune femme se pose des questions sur la vie, sur l’amour, l’amitié…

Je conseille cette lecture à des adolescents intéressés par le monde réel et ce qu’il s’y passe et ouverts sur le monde qui nous entoure. Sans être difficile, ce livre peut sembler rébarbatif à ceux qui ne cherchent que des intrigues palpitantes, et de l’action en veux-tu en voilà.

Acheter sur amazon :

Chapitre 5 : Le festin

Chapitre 1Chapitre 2Chapitre 2 suiteChapitre 3 début, Chapitre 3 suite, Chapitre 4

Depuis le matin, le château de Quirieu était le théâtre d’une agitation peu commune en ces lieux habitués à la personnalité austère de leur seigneur. Dans la cour on entendait histoires et chansons, de la cuisine s’échappaient les odeurs de pièces de gibier mises à rôtir, d’herbes parfumées… Les servantes s’affairent en tous sens pour préparer les chambres des hôtes attendus. Les soldats étaient sur le qui-vive car quatre seigneurs des environs étaient attendus avec leur escorte. Il fallait les accueillir avec courtoisie sans pour autant relâcher la surveillance du château, ainsi que l’exigeait sa position frontalière. Les dernières chevauchées du comte de Savoie remontaient à trois ans, mais le souvenir de leur violence meurtrière demeurait dans les esprits de tous ces valeureux chevaliers, et aucun ne prenait son devoir à la légère. Lire la suite

Les yeux de Rose Andersen, Xavier-Laurent PETIT

roman jeunesse immiagration Mexique Etats-Unis pauvreté misèreAdriana vit avec sa famille dans un minuscule village du Mexique, pas loin de la frontière avec les Etats-Unis. Ils sont pauvres, très pauvres. Lorsque la sécheresse transforme leur petit terrain de terre en poussière stérile, ils fuient ensemble vers la ville, pour trouver une misère encore plus absolue. Le père ne trouve aucun travail, son frère Guillermo rencontre des gens qui l’entraînent dans une très mauvaise direction, sa mère travaille des heures durant pour rapporter à peine quelques sous.

Le père a désormais une idée fixe, passer la frontière, au risque d’être abattus comme des chiens par les gardes-frontières.  Pour cela, il faut gagner de l’argent, beaucoup d’argent. Et s’ils réussissent à passer, rien n’est gagné pour eux, il faudra survivre, échapper aux dangers des villes américaines, et se faire une place. Mais Adriana est déterminée, et saura saisir sa chance quand ce sera le moment.

Mon avis : Ce roman est extrêmement violent, j’ai presque eu la nausée en le lisant. Les horreurs auxquelles sont confrontées les miséreux mexicains dans le bidonville puis lors de leur tentative d’immigration sont absolument scandaleuses et terrifiantes. Je ne peux qu’espérer que l’auteur en a rajouté, mais j’ai bien peur que non…

Ce roman permet de découvrir un aspect fort peu reluisant de notre monde, dans lequel le luxe relègue la misère de l’autre côté d’une frontière de barbelés, et n’hésite pas à abattre froidement ceux qui épuisés par le malheur, viennent chercher l’espoir d’une vie meilleure.

Attention toutefois à la violence du roman qui peut choquer certains ados un peu sensibles (en tout cas moi j’ai été choquée).

Acheter sur amazon :

Une expérience du lap-book : autonomie, créativité et motivation

Avec mes élèves de 5èmes, nous avons travaillé sur le roman Michel Strogoff récemment. Je voulais leur proposer une activité qui sorte de l’ordinaire, qui leur permette de travailler de façon autonome et de faire preuve d’un peu de créativité. Je leur ai donc proposé de faire des lap-book autour de notre étude de l’oeuvre. Je vais d’abord parler des consignes que nous avons élaborées pour ce travail, puis de l’intérêt d’une telle réalisation. Enfin, photos à l’appui, je montrerai quelques exemples de ce que les élèves ont fabriqué. Lire la suite

Chapitre 4 : Une révélation

Chapitre 1Chapitre 2Chapitre 2 suiteChapitre 3 début, Chapitre 3 suite

Béranger chevauchait à travers la forêt, en direction du château de Belmont. Rien ne lui plaisait tant que de galoper, seul dans les bois, de sentir son corps onduler au rythme du cheval. Pour ceci, il était reconnaissant au seigneur Aimeric de lui avoir confié ces courriers. Pourtant, son coeur était empli d’un orage de sentiments tumultueux. Il avait du mal à faire le tri dans les pensées qui se bousculaient derrière son front. Qui était son père ? Tout le monde au château chuchotait qu’il était le bâtard d’Aimeric. Pourquoi Aimeric refusait-il de l’avouer ? C’était monnaie courante chez les seigneurs de donner une place officielle à leurs enfants illégitimes, surtout en l’absence de descendant mâle. Il sentait bien quand même que le seigneur lui réservait un sort particulier. Il avait appris à monter à cheval, un honneur réservé aux chevaliers. Au château il avait plus le rôle d’un page que d’un serviteur. Cependant, Aimeric lui avait toujours interdit de toucher une arme. Mais pourquoi ? Béranger serrait les dents de frustration. S’il était son fils, il avait le droit d’apprendre à se battre ! Cette décision était complètement injustifiée. Lire la suite

Chipo à l’âge de pierre, Franz Hohler

Résumé : Chipo est un jeune garçon aux capacités très particulières : il rêve si fort, qu’il est capable de rapporter des objets de ses rêves et parfois roman jeunesse préhistoire hommes cro-magnonsmême il est transporté dans le lieu de son rêve. Pour éviter que ces mésaventures se reproduisent, ses parents l’emmènent chez un médecin qui lui donne des cachets. Mais le traitement est inefficace (et Chipo n’a en plus pas très envie de le prendre). Sa classe étudie l’âge de pierre, et va visiter une grotte préhistorique des environs. Chipo en rêve la nuit suivante, et rapporte une pointe de flèche authentique. La nuit d’après, il est carrément transporté à l’âge de pierre, et rencontre une famille cro-magnonne. La confrontation est très drôle. Chipo essaie d’analyser ce qu’il voit en fonction de ses connaissances de petit garçon du 20ème siècle. De même, il tente d’expliquer les concepts modernes (comme le mot avion) à ses nouveaux amis, ce qui s’avère bien difficile ! Il découvre les difficultés de la vie à l’époque préhistorique (le froid, le danger, la faim), et les coutumes de ces hommes qui sont nos ancêtres. Il se demande bien comment il va pouvoir retourner chez lui, heureusement, ses parents ont fait appel à un autre rêveur génial qui va lui venir en aide.

Mon avis : Ce roman peut se lire dès un âge assez jeune, mais s’avère franchement marrant même pour les plus grands. Il y a beaucoup d’humour, il se lit facilement malgré les quelques 200 pages. Une façon sympathique de se présenter la vie quotidienne à l’époque de la préhistoire.

Sur amazon : Chipo à l’âge de pierre

Chapitre 3 : D’étranges bohémiens, suite

Les chapitres précédents :

Chapitre 1Chapitre 2Chapitre 2 suiteChapitre 3 début

– Allons, en route mes amis, s’écria le chef des bohémiens. Si nous marchons bien, dans trois jours nous sommes rendus au château de Quirieu. Nous leur donnerons douce musique et glorieuses chansons…

 Ermeline dormait seule dans une chambre du donjon, contrairement aux habitudes des enfants de seigneurs qui étaient souvent tous couchés ensemble dans un grand lit pour se tenir chaud. Malheureusement, d’enfant, il n’y avait qu’elle. Son frère aîné était mort d’une maladie infantile à l’âge de deux ans, et sa mère n’ayant pas survécu à sa naissance, aucun autre bambin n’était venu égayer les couloirs du château.

Cette situation attristait un peu la jeune fille qui trouvait la solitude pesante. Heureusement, il y avait Béranger, son frère de lait, toujours prêt à lui rendre le sourire.

Ermeline se retourna dans son lit, cherchant la chaleur des draps, l’esprit encore embrumé par le sommeil. Des bruits montaient de la cour du château, aboiements, hennissements, bavardages. Que se passait-il donc ? Elle ouvrit les yeux et se souvint soudainement. Son père allait à la chasse aujourd’hui, et l’avait autorisée à venir… si elle était levée à temps ! Ermeline jaillit de son lit, se rua vers l’escalier et appela : Lire la suite

Chapitre 3 : D’étranges bohémiens (début)

Chapitre précédent

A quinze lieues de là à vol d’oiseau, de l’autre côté de la Montagne de l’Epine, un étrange dialogue se tenait. Un homme recouvert d’un capuchon noir se tenait face à une troupe de bohémiens dépenaillés et portant des objets aux formes biscornues. Leur chef, grand escogriffe au profil de renard discutait âprement avec l’homme en noir.

« Avez-vous bien compris votre mission ? Il vous faudra être extrêmement discrets. Le seigneur Aimeric est un homme d’une grande méfiance. Depuis plus de dix-huit mois que nous cherchons à infiltrer un espion chez lui, toutes nos tentatives ont été déjouées.

– Ne vous inquiétez pas Monsieur le Conseiller, assura l’homme au profil de renard. Les ménestrels sont toujours bien accueillis, et si jamais on nous surprend à fureter, notre réputation de curieux nous protégera. Mais n’oubliez pas : pas d’argent, pas de renseignements. »

L’homme en noir acquiesça d’un geste nerveux, ce qui fit glisser son capuchon, révélant le visage du conseiller du Comte de Savoie.

Suite du chapitre 3

Suite du Chapitre 2

Chapitre 1 : la colère du Comte de Savoie

Chapitre 2 (1ère partie) : le Monastère de la pierre plate

Arrivant en vue de la porte principale du donjon, Aimeric retint un sourire amusé. Le Père Supérieur du Monastère de la Pierre plate lui avait envoyé le Frère Emilien. Nul doute qu’il avait une proposition à lui faire. Si son embonpoint le rendait peu assidu aux travaux physiques, le Fère Emilien était connu pour ses talents de commerçant et de négociation. Aimeric s’avança vers lui et s’inclina légèrement :

« Bienvenue dans ma seigneurie, Frère Emilien.

– Merci Seigneur Aimeric.

– Voulez-vous me suivre dans mon bureau ? Nous y serons plus à notre aise. Béranger lança-t-il au jeune homme situé derrière lui, veux-tu nous monter quelques bûches pour faire une flambée s’il te plait ? » Lire la suite

Le chemin de Sarasvati, Claire Ubac

En Inde, au XXème siècle.

« Femme de Meyyan, qu’est-ce que tu es en train de faire ?

Elle siffle entre ses dents :

– Tu sais bien qu’il faut la laisser mourir de faim, cette merde que tu nous as pondue ! »

un roman sur les enfants des rues en inde la misère, les castes et les intouchablesVoici comment Isaï est accueillie à sa naissance par la maîtresse de la maison, sa tante. Toutes les femmes du village essaient d’empêcher sa mère de l’allaiter, ou cherchent à provoquer un malheureux accident entraînant la mort de ce bébé né honteusement fille. Mais par chance pour elle, sa mère s’accroche, la protège, et la fillette survit. En grandissant, elle subit les brimades incessantes de sa tante qui la traite comme une servante. Lire la suite

6000 nuits, André Borbe

Esther est une jeune fille de 16 ans un peu particulière. En effet, depuis sa naissance, elle est insomniaque, elle ne dort pas la nuit. Pas une minute, rien. Elle en profite pour lire. Cette caractéristique est tenue secrète par son entourage. Dans un monde régi par la terreur, sous la dictature d’un Tyran sans cesse masqué, il ne fait pas bon se faire remarquer.

univers étrange avec une dictature une jeune fille insomniaques découvre son destin et le pouvoir de l'écriture pour lutter contre le tyranCe monde où elle vit garde l’espoir grâce à un mystérieux groupe, les Bienveillants. Ces personnes écrivent perpétuellement des histoires et les font livrer dans la ville par les Livreurs. Les histoires sont uniques à chaque fois, et contiennent juste ce qu’il faut pour aider les habitants de la ville à ne pas céder au désespoir et à garder la tête haute malgré la dictature.

Un jour, son oncle est arrêté par la milice. Esther et sa mère obtiennent l’autorisation de lui rendre une visite à la citadelle où il est enfermé. Là, il révèle des paroles étranges à la jeune fille. « Ils te cherchent… Ils savent que quelqu’un va recevoir la plume d’or… » Il lui donne une boîte avec seulement un papier plié à l’intérieur et une adresse « Où bon me semble – Impasse des regrets« .

Esther commence sa quête. Elle se promène de nuit, malgré les dangers de rencontrer la milice et d’être arrêtée. Elle découvre un univers jusqu’ici ignoré. Elle rencontre différentes personnes, amies ou ennemies, à elle de le découvrir. Elle découvre qui elle est, et quel rôle elle doit jouer dans le monde terrible où elle vit.

En parallèle se mettent en place plusieurs autres récits, 16 ans auparavant et 32 ans auparavant. Ils nous font rencontrer le personnage de Rehtsë, un vagabond tombé amoureux de la princesse Meredith. Ces différents récits permettent de comprendre peu à peu comment le pays est tombée sous cette dictature.

Mon avis : C’est un roman très chouette. J’ai beaucoup aimé l’univers dans lequel vit Esther, ses relations avec son amie Edith. Le mystère est distillé avec bonne mesure dans le roman. On comprend peu à peu les enjeux de ce monde et de cette dictature. La fin m’a laissé un goût amer. J’ai trouvé que vraiment le malheur tenait à peu de choses et que c’était un peu triste.

Je recommande cette lecture à tous les adolescents qui aiment déjà un peu lire. Le roman fait 250 pages et contient une certaine violence donc mieux faut attendre d’avoir au moins 13 ans pour le lire.

On le trouve chez amazon ici : 6000 nuits

2ème chapitre : Le Monastère de la pierre plate

Dimanche dernier j’ai publié le premier chapitre de mon roman, la colère du Comte de Savoie. Aujourd’hui je vous propose de lire le début du deuxième chapitre intitulé Le Monastère de la pierre plate. On rencontre les héros, on découvre un peu mieux les lieux, l’intrigue va se mettre en place.

Chapitre 2 : Le Monastère de la Pierre Plate

1291

Un homme de haute taille se tenait sur les murailles du château de Quirieu. Large d’épaules, avec une vaste poitrine et des mains qui auraient pu étrangler un bœuf, cet homme était intimidant pour qui ne le connaissait pas, une impression renforcée par son air revêche. Barbu, les sourcils broussailleux, son visage était renfrogné et semblait avoir oublié le sourire depuis longtemps. Lire la suite

La lecture, un apprentissage de la tolérance

Hier 7 janvier 2015 nous avons vécu un drame terrible en France avec l’attentat contre Charlie hebdo. Plus que jamais il nous est rappelé combien il est important de lutter contre les extrémismes de toutes sortes, d’éviter les amalgames, de s’éloigner de la haine et de la violence qu’elle engendre et d’apprendre la tolérance, l’ouverture aux autres, l’empathie.

Une citation circule sur internet depuis hier, attribuée à Robert Zend, poète hongrois (dont je dois avouer ma méconnaissance).

Les gens ont quelque chose en commun : ils sont tous différents.

Or accepter la différence, ce n’est pas forcément facile de prime abord. Nous sommes tous effrayés par ce qui est différent, ce que nous ne connaissons pas. Il est alors facile de se réfugier dans une attitude de rejet, de critique. Vous me direz : mais comment puis-je connaître toutes les différences ? Je n’ai pas un ami originaire de chaque nationalité, un ami de chaque religion, de chaque courant de pensée… Lire la suite

1er chapitre : la colère du Comte de Savoie

1289

Le comte de Savoie donna un grand coup du plat de la main sur la table, faisant voler les feuilles de parchemin à travers la pièce.

« Mon oncle est un abruti ! Comment a-t-il pu laisser cette alliance se faire ? »

Amédée de Savoie marcha à grands pas dans la pièce, énervé par tout ce qu’il venait d’apprendre. Se ressaisissant, il passa le doigt le long de sa fine moustache. Âgé de quarante ans, il était comte de Savoie depuis quatre ans. Il avait passé les quatre premières années à guerroyer du côté de la Suisse et de la Bresse, remportant de nombreux succès. Son conseiller venait de le rappeler dans son château pour lui faire part des manoeuvres politiques de son puissant voisin et rival, Humbert Ier dauphin du Viennois.Celui-ci avait réussi à renverser une alliance qu’Amédée avait obtenue deux ans auparavant pour consolider le Sud de son état. Lire la suite

Résolution 2015 : je me lance dans l’écriture d’un roman historique

Depuis quelques mois un roman me trotte dans la tête. J’avais pensé à cette trame lors d’un travail de groupe avec mes élèves des Avenières. Depuis, l’idée se balade, s’enrichit, se précise. Aussi c’est décidé ! En 2015, vous pourrez suivre sur ce blog l’avancée du roman. Je vais essayer de me fixer la progression d’un chapitre par semaine. J’espère que vous serez nombreux à suivre cette avancée !

Pour les curieux, voici le contexte de l’histoire :
Au XIIIème siècle, la Savoie et le Dauphiné sont deux territoires rivaux. Les tensions sont fortes, et les guerres se succèdent. Les héros s’appellent Ermeline et Béranger.  Ils ont 15 ans et habitent Quirieu, un château situé à la frontière entre ces ennemis ancestraux, mais du côté Dauphiné. Ermeline est la fille du châtelain, Béranger est son frère de lait. Le château du père d’Ermeline est un des premiers dans la défense du territoire contre les comtes de Savoie. Sa famille va subir une trahison et les deux enfants devront à eux tous seuls sauver l’honneur de la famille et empêcher une invasion.