Au bout des longues neiges, Jean-Côme Noguès

Résumé : L’histoire débute en Irlande, en 1846. Un champignon a envahi les plantations de pommes de terre qui ne donnent plus rien depuis plusieurs années, et la famine s’est abattue sur les habitants. Finnian a 12 ans. Son frère aîné revient de longs mois de travail en Écosse, où il a gagné ainsi la somme nécessaire pour payer à sa famille la traversée vers l’Amérique. Ils ont entendu dire que là-bas, les colons reçoivent une concession sur laquelle ils peuvent s’installer, produire de quoi se nourrir, chasser. C’est la seule option pour le couple et leurs quatre enfants afin d’éviter la mort. Ils s’embarquent donc à bord d’un voilier en assez piteux état. Le voyage est long, épuisant et angoissant. Sur place, ils sont d’abord placés en quarantaine sur une île afin de déterminer s’ils n’apportent pas de maladies avec eux. Puis, un long voyage à travers les terres sauvages du Canada commence, jusqu’à l’emplacement de la concession qui leur aAU-BOUT-DES-LONGUES-NEIGES_2665 été attribuée. C’est un travail titanesque qui attend la famille. Mais celle-ci s’attaque courageusement à l’ouvrage. De son côté, Finnian explore la nature environnante, et se trouve confronté à ses dangers. Jusqu’au jour où il rencontre un jeune garçon de son âge, un jeune indien. Ils deviennent amis, en dépit de bien des obstacles. Mais leur amitié peut-elle survivre à la tension croissante entre colons et peuple natif ?

Mon avis : C’est un roman agréable à lire. L’intrigue n’est pas trépidante, mais l’action reste intéressante. J’en ai surtout apprécié la nature sauvage et grandiose dans laquelle Finnian et sa famille vont devoir apprendre à vivre.

Je recommande cette lecture à partir de 11 ans, pour tous ceux qui aiment les histoires de trappeur ou celles façon Petite Maison dans la prairie.

Les petits orages, Marie Chartres

Résumé : La vie de Moses Laufer Victor est un calvaire, dont il s’échappe en regardant de stupides vidéos de pandas sur youtube. En effet, déjà il a un prénom idiot, son visage est couvert d’une acné très importante, ses parents sont tous les deux psychanalystes, et pourtant fort peu doués pour roman ado différence handicap indien amitiéparler des leurs émotions. Or les émotions sont grandes et pleines de souffrances dans cette famille, depuis l’année précédente quand un accident de voiture a grièvement blessé l’adolescent, qui a de terribles cicatrices et douleurs, et doit se déplacer avec une béquille, et sa mère, restée handicapée. Moses ne sait plus comment continuer, comment donner du sens à sa vie, où tout ce qui était avant facile et fluide est devenu difficile et douloureux : marcher, se pencher, s’asseoir. Il n’a quasiment pas d’amis, refusant la pitié comme la moquerie. Il va rencontrer un adolescent tout aussi blessé que lui, même si ses cicatrices sont moins visibles : Ratso, un Indien. Tous deux vont apprendre à se connaître, au-delà de leurs sensibilités douloureuses et de leurs colères. Cette amitié leur permettra de surmonter ces souffrances, et au travers d’un voyage assez aventureux et incertain, à bord d’une voiture épave, en direction de la réserve indienne dont est originaire Ratso, de retrouver le goût de la vie et de l’avenir.

Avis : J’ai beaucoup aimé ce livre, un coup de cœur comme cela faisait longtemps que je n’en avais plus eu. Ce livre traite de la différence, qu’elle soit dûe au handicap, à la pauvreté, à l’origine… Il est facile à lire, pas trop long. Les émotions sont fortes, mais pour autant restent vraies et évitent le sensationnalisme. L’auteure sait nous ménager des surprises, ses personnages se dévoilent peu à peu, mais n’hésitent pas à garder une part de mystère. On a envie de savoir la suite de l’histoire, de comprendre les personnages et leur vie. On découvre la misère matérielle, psychologique et politique de la vie dans les réserves indiennes. Très belle lecture, que je recommande à partir de 14 ans.

Sur le site de la FNAC