Les Petites Reines, Clémentine Beauvais

Coup de cœur pour cette lecture, qui balaie de nombreux thèmes très actuels pour les ados.

Résumé : Mireille consulte Facebook, et bim, les résultats du concours de boudins de son collège-lycée de Bourg-en-Bresse sont tombés, elle est élue Boudin de bronze, après avoir été boudin d’or pendant deux années. Ce concours est une abomination, mais comme il a lieu sur internet, personne ne parvient à le faire cesser. Depuis trois ans, Mireille s’est endurcie petites reineset sait se défendre. Cependant elle est inquiète pour les deux autres « gagnantes », plus jeunes et certainement fragiles. Elles se réunissent toutes les trois et essaient de surmonter ensemble cette humiliation.

Elles s’aperçoivent alors qu’elles ont toutes les trois une bonne raison d’aller à la Garden Party du 14 juillet à l’Elysée. Mireille veut mettre son père biologique, époux de la présidente de la République, face à la vérité. Astrid est une immense fan du groupe Indochine qui sera là pour le concert, et Hakima veut y aller pour dénoncer un général de l’armée française qui doit faire partie des invités, et qu’elle tient pour responsable de l’attaque dont a été victime son frère lorsqu’il était soldat.

Par une succession de hasards ou d’improvisations, elles décident de monter à Paris à vélo, en vendant des boudins sur leur chemin afin de financer leur voyage, clin d’œil sarcastique au concours qui les a réunies, et à son organisateur, à qui elles démontrent ainsi qu’elles ne se sont pas laissées abattre. Elles pédalent accompagnées de Kader, le frère d’Hakima qui voyage pour sa part en fauteuil roulant, une forme de retour à la vie pour lui qui depuis l’attaque et sa terrible mutilation, ne quittait plus l’appartement familial.

Leur équipée attire peu à peu l’attention du public et des médias, et leur aventure prend une tournure qu’elles n’auraient jamais imaginé.

Mon avis : Voici un roman formidable, qui fait réfléchir sur la tyrannie de l’apparence notamment chez les jeunes, et l’enfer que peuvent représenter les réseaux sociaux. J’ai beaucoup apprécié le ton ironique de la narration menée tambour battant par une Mireille qui a la langue acérée et beaucoup de recul sur elle-même et les autres. Les personnages se montrent très fortes et battantes. Leur périple est difficile physiquement, leur aventure éprouvante moralement, mais elles se démènent pour réussir et surmontent les obstacles.

Je recommande ce roman à tous les ados, et j’espère qu’il les fera réfléchir sur ces sujets difficiles et peut-être être davantage conscients de ce qu’ils peuvent dire ou faire.

L’affaire du 15 bis, Claire Mazard

Résumé : Dans les premières pages du roman, le cadavre d’une jeune femme est trouvé dans une poubelle, un matin glacial d’hiver à Paris. La commissaire Raczynski est chargée de l’enquête. Au début, peu d’éléments lui viennent en aide, jusqu’au moment où les parents d’un ado fugueur identifie l’ancienne jeune fille au pair de leur fils. Nous suivons ensuite une adolescente, Alix, adolescente mal dans sa peau, dans une forte détresse émotionnelle. Elle ne réussit plus à communiquer avec ses parents,15 bis essaie d’attirer l’attention par son look gothique. Après s’être scarifiée, elle vient de trouver du réconfort auprès d’un mystérieux correspondant sur internet, un certain Scarabée d’or, qui lui envoie des mails de soutien et affirme vouloir l’aider. Un autre élève de sa classe, Maxence, semble lui aussi malgré sa joie apparente être en proie à des pensées noires. Il trouve lui aussi secours près d’un ami sur le web, qui lui lance des défis pour l’aider à prendre confiance en lui. On découvre peu à peu que cette aide virtuelle est en fait un piège machiavélique qui se referme sur les deux adolescents, risquant de les conduire au pire…

Mon avis : Un suspense terrible ! Je m’en suis encore une fois rongée les ongles tout le long. Le début du roman ne démarre pas très vite, mais une fois qu’on a rencontré les deux héros adolescents, on est pétrifié par l’angoisse de ce qui va leur arriver. Le criminel est vraiment un dangereux maniaque (même si à la fin on comprend ses motivations), et cela fait réfléchir sur les dangers d’internet qui ne sont pas toujours ce que l’ont pourrait imaginer. Il a eu un grand succès auprès des 4èmes du collège où je travaille. Une lecture à recommander à tous les ados de maintenant.

Acheter sur Amazon :
http://www.amazon.fr/gp/product/B00AKXBTCK/ref=as_li_qf_sp_asin_il_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=6746&creativeASIN=B00AKXBTCK&linkCode=as2&tag=lecturesados-21

 

Pour ceux qui veulent lire la suite, je n’ai pas très bien compris l’ordre des volumes. Papillons noirs est parfois appelé tome 1, alors que l’affaire du 15 bis est aussi appelé tome 1. Je ne pense pas que cela soit très gênant, ce sont des histoires policières différentes qui peuvent se lire séparément et pas forcément dans l’ordre. Par contre je ne les ai pas lus, je ne peux donc pas en parler !

Le tueur à la cravate, Marie-Aude Murail

Ruth a 14 ans. Sa mère est morte quatre ans auparavant. Son père est médecin anesthésiste, il travaille énormément. Un jour, Ruth fouille dans les affaires de son père pour montrer une photo de sa mère à une amie à elle. Elle tombe sur une photo de la classe de Terminale dans laquelle son père et sa mère s’étaient rencontrés. Sur la photo se trouve aussi la jumelle de sa mère, décédée il y a longtemps. Ruth a du mal à les différencier. Curieuse d’en savoir plus, elle s’inscrit sur un site d’anciens élèves, et publie la photo en se faisant passer pour son père. Elle reçoit les réponses de plusieurs camarades de ses parents. Certains mails évoquent des choses très étranges. Cette année-là, la jumelle de sa mère avait été assassinée, étranglée par une cravate. Un coupable, tueur récidiviste a été arrêté. Cependant, quelques personnes évoquent la culpabilité probable de quelqu’un de beaucoup plus proche d’elle, quelqu’un qui porte une cravate en permanence, son père.

Mon avis : Un excellent polar jeunesse, qui pourrait d’ailleurs tout à fait plaire aux adultes également. L’angoisse monte peu à peu. Le mystère est introduit avec beaucoup d’intelligence, on se pose de réelles questions sur le suspect. Les personnages sont riches et intéressants. La fin nous prend dans une forte angoisse qui donne envie de dévorer les dernières pages. Quelques petites touches d’humour viennent cependant détendre parfois l’atmosphère. A recommander plutôt à d’assez bons lecteurs, car le roman est assez dense.

Chez Amazon :