L’huile d’olive ne meurt jamais, Sophie Chérer

L’histoire : Une élève de seconde lit sa rédaction à la classe. Elle a parlé d’une vieille femme sicilienne qui tient tête à la Mafia, envers et contre tout, alors que toute sa famille a été décimée par l’organisation. Or, Olivier, un garçon de sa classe fou amoureux d’elle part justement en Sicile pour les vacances. Il va louer un scooter et chercher à rencontrer cette vieille dame. Alors que la mafia a interdit à quiconque d’aider cette femme, il passera trois jours sur son domaine à cueillir avec elle les olives. Parallèlement, on suit l’histoire d’une femme qui ne supporte plus que son mari soit aux ordres de la mafia, et lui fait comprendre qu’il doit choisir entre elle et le groupe.

Mon avis : Le roman met du temps à démarrer. Une fois que le garçon est arrivé en Sicile, cela devient plus agréable, mais la lecture n’est pas tellement palpitante. L’intérêt de ce roman réside dans son sujet, l’emprise de la mafia sur les hommes en Sicile, la difficulté de s’y opposer, la peur. Je le conseillerais plutôt comme une lecture d’information sur ce problème que comme une lecture plaisir.

Publicités