Oscar et la dame rose, Eric-Emmanuel Schmitt

Résumé : Oscar a dix ans. Il vit à l’hopital. Il a une leucémie, et l’opération pour le soigner a raté. Une dame vient le voir pour lui tenir compagnie. Il la surnomme « Mamie Rose ». oscarElle lui propose d’écrire à Dieu pour se sentir un peu moins seul, et peut-être trouver du réconfort. Alors Oscar lui écrit, une lettre par jour. Il raconte sa vie à l’hopital, ses copains, son amoureuse, ses relations avec ses parents qui sont devenues compliquées depuis qu’il malade, comme si ses parents ne pouvaient plus lui parler normalement. Il raconte ses conversations avec Mamie-Rose, l’ancienne joueuse de catch.

Mon avis : C’est un roman extrêmement court et facile à lire, qui a plu jusqu’à présent à tous les élèves sans exception à qui je l’ai fait lire. Il est plein d’humour, Oscar a une façon de dire les choses vraiment drôle. Il est triste, bouleversant même, et pourtant, l’auteur n’essaie pas d’en rajouter sur la tristesse du thème. Il cherche au contraire à dédramatiser la situation. Il fait réfléchir : comment nous comportons-nous face à ceux qui sont malades, et ceux qui vont mourir. On parle à Dieu, mais même ceux qui ont une autre religion ou alors qui n’en ont aucune peuvent s’y reconnaître. L’important c’est de se poser des questions. Je le recommande sans exception à tous, bons au archi-mauvais lecteurs. A partir de 13 ans, car le thème reste difficile.

Sur amazon :

Publicités

Mon petit coeur imbécile, Xavier-Laurent PETIT

Sisanla a dix ans, elle vit dans un petit pays au fin fond de l’Afrique. Elle sait qu’elle est une miraculée : atteinte d’une malformation cardiaque, elle pourrait mourir à tout instant. Alors elle s’accroche, évite tous les efforts, et compte sans cesse : les battements de son coeur, les jours qu’elle a déjà réussi à vivre, les années qu’il faudrait à ses parents pour économiser la somme nécessaire à l’opération qui la soignerait… De son côté, comme pour compenser, sa mère, Maswala (mamantilope), passe son temps à courir, pieds nus, dans la savane. Un jour, elles découvrent dans un vieil article de journal qu’en gagnant le marathon de Kamjuni, on peut gagner 1,5 million de kels, la somme qu’il faudrait pour le voyage et l’opération de Sisanla. Dès lors Maswala n’a plus qu’une idée en tête : courir, gagner et sauver sa fille.

Mon avis : Un beau roman, très émouvant, on a parfois envie de rire, souvent envie de pleurer. L’écriture est simple et agréable, poétique mais également pleine de vivacité. C’est Sisanla qui raconte, la petite fille au coeur malade. Je ne l’ai pas encore testé avec mes élèves, mais je pressens que ce genre de livre pourrait plaire même à des élèves très réfractaires à la lecture. Pour les élèves qui ne peuvent pas lire, il existe une version audio. Je ne l’ai pas écoutée, mais j’ai lu de bonnes critiques.

Sur Amazon :

Livre :                              Version lue :

                       Version lue