Chronique des temps obscurs, tomes 1 à 4, Michelle Paver

roman adolescent préhistoire loup nature foretL’histoire

L’action se passe dans une grande forêt, il y a 6000 ans. Torak vit avec son père, loin des autres hommes organisés en clans. Son père lui a appris à survivre dans les bois, à s’y sentir chez lui, à connaître les animaux, leurs habitudes, à respecter la nature sous toutes ses formes, et le monde des esprits.

Quand le roman s’ouvre, Torak doit fuir. En effet, un ours terrible vient de blesser son père à mort, et celui-ci sait qu’il va revenir. Cependant avant de mourir, il dit des paroles mystérieuses à son fils, regrettant de ne pas avoir eu le temps de lui dire la vérité, et espérant que celui-ci lui pardonnera. Il donne une mission à Torak, partir vers le Nord, en suivant un guide qui lui apparaîtra au moment propice, pour aller voir l’Esprit du Monde, afin de débarrasser la forêt de cet ours maléfique, qui est en fait un animal possédé par un démon.

Alors commence pour Torak une immense aventure, accompagné d’un loup avec qui il sait communiquer et qui devient son frère de meute, et d’une jeune femme courageuse et habile à l’arc. Ensemble ils sauront braver la colère du démon, la jalousie des hommes, et plus que cela leurs peurs les plus profondes.

Mon avis

Cette lecture est un vrai coup de cœur. J’ai dévoré le premier tome qui est vraiment fantastique, et n’ai eu de cesse de trouver la suite. L’action est palpitante, on frémit avec Torak, on a envie de se rouler par terre comme lui avec Loup, on s’inquiète de savoir quels sont les bons choix. L’auteur a su dessiner un univers riche et passionnant, et pour autant facile à comprendre et à imaginer. J’ai beaucoup apprécié le cadre préhistorique qu’elle a su installer, et les références à la nature et au monde des esprits. Une lecture que je recommande pour les lecteurs de moyens à très bons. Les tomes sont assez épais, mais cependant se lisent plutôt rapidement.

Cette chronique constitue ma troisième participation au challenge littérature de l’imaginaire.

Publicités

Le loup à l’oreille cassée, André Delabarre

roman ado loups loup sauvage nature forêtLoupataud est un jeune loup d’une portée née au coeur de la Forêt Noire. Sa mère lui apprend les techniques de chasse et de survie qu’un loup doit connaître, mais il est plutôt maladroit et a des difficultés à suivre ses conseils. Un jour, des chasseurs font irruption dans la vie de la meute, et tue la mère du petit loup. Les loups de la meute fuient de tous les côtés, dans l’espoir de semer l’ennemi, et Loupataud, terrorisé, se retrouve seul au milieu de la forêt. Il rencontre alors une petite fille, Miran, qui l’apprivoise peu à peu. Cette petite fille vit seule avec sa mère à l’écart du village, rejetée de tous. Depuis un événement traumatisant, elle refuse de parler et reste repliée sur elle-même, à l’aise seulement dans la nature. L’amitié avec Loupataud va leur permettre à tous deux de réapprendre à faire confiance et à s’ouvrir.

Mon avis : Un roman bien écrit, agréable, qui croise plusieurs sujets de façon passionnante : le thème des loups, que beaucoup d’enfants/ados apprécient, le thème de l’exclusion sociale, de l’amitié. Une belle lecture, adaptée pour dès le début du collège, voire la fin du primaire pour les meilleurs lecteurs.

Sur Amazon : 

Tobie Lolness, Timothée de Fombelle (coup de coeur)

Résumé : L’histoire se passe sur un arbre. Des petits êtres, tout petit (dans cet univers, faire 2 millimètres, c’est être déjà très grand) vivent ici. Les habitants de l’arbre ne connaissent pas la vroman écologie adolescents nature aventuresie en dehors de leur arbre, qui constitue pour eux un monde complet, avec ses cascades, ses forêts, ses champs, ses animaux, ses problèmes climatiques… Tobie est le fils d’un savant génial, qui fait des expériences et a des théories novatrices sur cet univers dans lequel se déroule leur vie. Lorsque l’histoire débute, Tobie est en fuite. Ses parents ont été emprisonnés et tout le peuple de l’arbre est à sa poursuite, débordant d’une haine à son égard qu’il a du mal à comprendre. Le récit remonte alors un peu dans le temps et nous montre combien les théories du savant dérangent, surtout ceux qui ont le pouvoir et l’argent. La famille est d’abord exilée dans une région hostile (où pourtant Tobie fera des rencontres précieuses pour son cœur) puis pourchassée. Tobie fuit, découvre de nouvelles vérités, fait des rencontres formidables. Dans le deuxième tome, il trouve de l’aide dans plusieurs initiatives de résistance, et espère de tout son cœur retrouver ceux qu’il aime, ainsi que sauver l’arbre de cette destruction annoncée depuis longtemps par son père, et dont on voit désormais les effets.

Mon avis : Voici un roman formidable. L’aventure est présente à toutes les pages, le monde est fourmillant, détaillé, poétique, les personnages très attachants, variés et intéressants. En plus d’être un excellent roman d’aventures, ce roman nous apprend des choses sur la vie à toute petite échelle, et construit également une belle métaphore des dégâts que l’humanité impose actuellement à notre planète. Il n’y a plus qu’à espérer que nous serons aussi intelligents que les habitants de l’arbre et que nous saurons nous aussi lutter contre cette destruction. Une lecture coup de coeur pour moi.

Sur amazon :

Le jardin secret, Frances H. Burnett

Jusqu’à l’âge de dix ans, Mary a été élevée en Inde, par les domestiques de ses parents. Elle n’a reçu que peu d’affection et se montre gâtée et capricieuse. Dans les trois premières pages du roman, ses parents meurent d’une épidémie de choléra. Elle est alors recueillie dans le manoir anglais de son oncle. Ce dernier, miné par un terrible chagrin n’est quasiment jamais là. Elle devient amie avec le jeune frère d’une servante du manoir. Celui-ci lui fait découvrir la nature. Elle apprend à se débrouiller seule et découvre un merveilleux jardin caché abandonné caché derrière une porte fermée à clé et rouillée. Un jour, elle découvre que le manoir renferme un autre habitant, et elle est fermement résolue à faire sa connaissance.

Mon avis : Ce roman est très poétique, sur les thèmes de la nature et de l’amitié. Ces enfants retrouvent la santé et la joie de vivre grâce au jardin et à la relation qu’ils nouent. La lecture plaira à des enfants rêveurs, et en quête d’un univers bien à eux. A partir de 10-11 ans pour des lecteurs qui aiment lire.

Mon amie Flicka, Mary O’Hara

Ken Mac Laughlin vient passer ses vacances dans le ranch familial. C’est un enfant rêveur et incompris de sa famille qui pourtant l’aime beaucoup. Son père décide de lui offrir un poulain afin qu’il apprenne à être plus terre-à-terre et à prendre des responsabilités. Mais son fils, contre tous ses conseils, choisit une jeune pouliche, Flicka, issue d’une lignée de chevaux sauvages et indomptables. Lorsque les hommes décident de l’attraper, elle s’enfuit, réagit avec furie et se blesse grièvement avec des barbelés. Tout le monde la pense condamnée. Seul Ken se bat pour la sauver et par là, l’apprivoiser.

Mon avis : Nul besoin d’aimer les chevaux pour être touché par l’amour que porte ce petit garçon différent à cette pouliche elle aussi différente. Ce roman nous présente un univers rude mais poétique, en contact avec la nature, le travail du ranch, les chevaux. C’est un beau roman pour des enfants d’environ 10 ou 11 ans, avec un goût pour la lecture plutôt bon, ou un peu plus tard pour des lecteurs moyens.