Le loup à l’oreille cassée, André Delabarre

roman ado loups loup sauvage nature forêtLoupataud est un jeune loup d’une portée née au coeur de la Forêt Noire. Sa mère lui apprend les techniques de chasse et de survie qu’un loup doit connaître, mais il est plutôt maladroit et a des difficultés à suivre ses conseils. Un jour, des chasseurs font irruption dans la vie de la meute, et tue la mère du petit loup. Les loups de la meute fuient de tous les côtés, dans l’espoir de semer l’ennemi, et Loupataud, terrorisé, se retrouve seul au milieu de la forêt. Il rencontre alors une petite fille, Miran, qui l’apprivoise peu à peu. Cette petite fille vit seule avec sa mère à l’écart du village, rejetée de tous. Depuis un événement traumatisant, elle refuse de parler et reste repliée sur elle-même, à l’aise seulement dans la nature. L’amitié avec Loupataud va leur permettre à tous deux de réapprendre à faire confiance et à s’ouvrir.

Mon avis : Un roman bien écrit, agréable, qui croise plusieurs sujets de façon passionnante : le thème des loups, que beaucoup d’enfants/ados apprécient, le thème de l’exclusion sociale, de l’amitié. Une belle lecture, adaptée pour dès le début du collège, voire la fin du primaire pour les meilleurs lecteurs.

Sur Amazon : 

Publicités

Les autodafeurs, Marine Carteron

Voici un nouveau roman plein d’aventures, d’action et de mystère.

Auguste a 14 ans. Il vit avec ses deux parents et sa petite soeur Césarine. Il est très préoccupé par son look pour plaire aux filles, il réclame à corps et à cris un portable à ses parents qui refusent, et il fait tout pour éviter sa mère qui travaille dans le collège où il va. Ses parents sont un peu ringards et vieux jeu, des profs quoi ! Un jour son père meurt dans un accident de voiture. Auguste propose alors d’aller s’installer à la campagne chez les grands-parents paternels, ce qui semroman adolescents espionnage espions mission secrète agents secrets complotble redonner le sourire à sa mère. Cependant, là-bas, il va faire des découvertes qui vont totalement changer sa vision du monde et de sa famille. Il apprend que sa famille appartient depuis des générations entières à une société secrète, la Confrérie, chargée de protéger le savoir de l’humanité contenu dans les livres. En effet, dans l’ombre oeuvrent les autodafeurs, personnes mauvaises qui veulent asservir les êtres humains en leur coupant l’accès à la connaissance. Leur principal objectif est la destruction générale des livres. Auguste découvre que lui-même a été secrètement formé pour devenir un agent de la Confrérie : cela explique les cours d’arts martiaux, les stages de survie auprès des indiens d’Amérique… Il découvre également que loin d’être des adultes ringards, les membres de sa famille sont des espions surentraînés et hyper organisés pour sauvegarder ces secrets millénaires. Mais les ennemis se rapprochent, et il faut agir. En parallèle, on lit le journal intime de Césarine, sa petite soeur, atteinte d’autisme Asperger. Son journal est fantastiquement drôle avec sa façon d’analyser perpétuellement les évènements de façon rationnelle et terre-à-terre. Césarine est une surdouée à qui personne ne prête attention. Elle va montrer qu’elle peut jouer un rôle de tout premier plan dans cette aventure.

Ce roman est plein d’action, ça va parfois à 100 à l’heure, il y a aussi beaucoup d’humour, et une réflexion intéressante sur le rôle des livres pour l’humanité. Il ne faut pas se décourager en lisant le début qui peut paraître un peu long, par la suite, l’action s’engage et la lecture est plus rapide. Parfois les évènements peuvent sembler même un peu exagéré, mais c’est presque jubilatoire, en tout cas moins toutes ces exagérations m’ont faite beaucoup rire, et j’ai passé un super moment de lecture, sans voir le temps passer. Pour le moment j’ai lu les deux premiers tomes, j’attends de trouver le 3ème avec impatience.

Sur amazon :

Tobie Lolness, Timothée de Fombelle (coup de coeur)

Résumé : L’histoire se passe sur un arbre. Des petits êtres, tout petit (dans cet univers, faire 2 millimètres, c’est être déjà très grand) vivent ici. Les habitants de l’arbre ne connaissent pas la vroman écologie adolescents nature aventuresie en dehors de leur arbre, qui constitue pour eux un monde complet, avec ses cascades, ses forêts, ses champs, ses animaux, ses problèmes climatiques… Tobie est le fils d’un savant génial, qui fait des expériences et a des théories novatrices sur cet univers dans lequel se déroule leur vie. Lorsque l’histoire débute, Tobie est en fuite. Ses parents ont été emprisonnés et tout le peuple de l’arbre est à sa poursuite, débordant d’une haine à son égard qu’il a du mal à comprendre. Le récit remonte alors un peu dans le temps et nous montre combien les théories du savant dérangent, surtout ceux qui ont le pouvoir et l’argent. La famille est d’abord exilée dans une région hostile (où pourtant Tobie fera des rencontres précieuses pour son cœur) puis pourchassée. Tobie fuit, découvre de nouvelles vérités, fait des rencontres formidables. Dans le deuxième tome, il trouve de l’aide dans plusieurs initiatives de résistance, et espère de tout son cœur retrouver ceux qu’il aime, ainsi que sauver l’arbre de cette destruction annoncée depuis longtemps par son père, et dont on voit désormais les effets.

Mon avis : Voici un roman formidable. L’aventure est présente à toutes les pages, le monde est fourmillant, détaillé, poétique, les personnages très attachants, variés et intéressants. En plus d’être un excellent roman d’aventures, ce roman nous apprend des choses sur la vie à toute petite échelle, et construit également une belle métaphore des dégâts que l’humanité impose actuellement à notre planète. Il n’y a plus qu’à espérer que nous serons aussi intelligents que les habitants de l’arbre et que nous saurons nous aussi lutter contre cette destruction. Une lecture coup de coeur pour moi.

Sur amazon :

Cherub, Mission 1 : 100 jours en enfer, Robert Muchamore

James vit avec sa mère et sa soeur Lauren. Il ne fait rien à l’école et a tendance à se battre dans la cour. Un jour, excédé par les remarques d’une fille de sa classe sur l’obésité de sa mère, il la plaque contre le mur et la blesse sans le vouloir. Il est exclu du collège puis se retrouve dans un orphelinat. Sa vie sombre peu à peu. Or, on lui fait une proposition très particulière : il s’agit d’intégrer un groupe d’enfants espions travaillant pour le MI5 (l’espionnage anglais). Cette opportunité est l’occasion pour lui d’échapper à la vie de misère qui l’attend. Il accepte et se voit lancé dans une session d’entraînement qui durera 100 jours. Le lieutenant chargé de l’entraînement essaie de faire abandonner ses recrues de toutes els façons possibles : fatigue, humiliation, épreuves surhumaines, privations multiples. James s’accroche.

Mon avis : Ce roman m’a été prêté par un élève de 4ème. Je pense en effet que c’est là le public idéal pour ce livre. L’histoire est bien ficelée, on accroche bien au héros qui malgré beaucoup de grosses bêtises dans sa vie reste un garçon sympathique. L’écriture n’est pas terrible, mais il y a de l’action et le rythme est très soutenu. Je regrette que l’auteur n’ait pas profité de son récit pour apporter un peu de réflexion sur la vie et ses enjeux, il y aurait eu matière. C’est un roman qui plaira à ceux qui aiment les histoires d’espionnage, d’entraînement de type militaire. Le livre est un peu épais, mais comme il y a beaucoup d’action, même des mauvais lecteurs pourront le lire sans difficulté.

Chez amazon :

Mademoiselle Scaramouche, Jean-Michel PAYET

Zinia est la fille d’un maître d’armes. Il lui a donné une éducation poussée et lui a enseigné le maniement de l’épée. Un jour, son père est tué devant ses yeux. Elle le venge immédiatement. Cependant, dans le caveau familial, elle découvre un cercueil portant son nom et sa date de naissance. Poursuivie par la haine du père de l’homme qu’elle a tué, elle part à la recherche de ses origines, remonte sur les traces de mystérieux documents révélant les secrets d’un alchimiste et croise un complot contre le roi. Ses ennemis sont nombreux et puissants, mais sur sa route, elle croisera de multiples alliés.

Mon avis : C’est un roman très touffu et dont l’histoire est parfois un peu alambiquée. A réserver à de bons lecteurs habitués aux romans d’aventures. L’intrigue maintient le suspense tout au long de l’histoire. L’héroïne est vraiment sympathique, pleine de vivacité. Cependant on se perd parfois dans les personnages et les rebondissements. A partir de 12-13 ans, pour de bons lecteurs.

Le Capitaine Fracasse, Théophile Gautier

On s’attache beaucoup au héros, le baron de Sigognac : jeune, beau, appartenant à la noblesse mais solitaire à cause de la ruine de sa famille, excellent combattant à l’épée. Il perd sa jeunesse isolé dans son château en ruines avec un vieux serviteur, un vieux chien, un vieux cheval et un vieux chat. Un jour, des comédiens lui demandent l’hospitalité puis lui proposent de les accompagner à Paris. Il accepte, poussé par le désir d’avoir sa chance dans la vie, et aussi attiré par la beauté de l’une des comédiennes. En chemin, ils croiseront un duc qui cherchera à lui ravir sa belle, entraînant de multiples aventures.

Ce roman a tous les ingrédients pour plaire à un public adolescent : un héros attachant, des combats, des défis d’honneur, une histoire d’amour avec un enlèvement…

Différentes versions et éditions :

La version intégrale est particulièrement savoureuse au niveau du vocabulaire, cependant elle s’avère vraiment difficile à part pour d’excellents lecteurs. Exemple : « Le voyageur qui eût aperçu de loin le castel dessinant ses faîtages pointus sur le ciel, au-dessus des genêts et des bruyères, l’eût jugé une demeure convenable pour un hobereau de province ; mais, en approchant, son avis se fût modifié. »

Les versions abrégées sont de qualité diverse :

–          Bibliocollège : la plus raccourcie que j’ai lue. De nombreux rebondissements sont escamotés, c’est vraiment dommage, on ne garde que la trame la plus essentielle de l’histoire et les personnages perdent vraiment en saveur. A garder pour faire connaître l’intrigue à de très mauvais lecteurs.

–          L’école des loisirs : une version de taille raisonnable, dans laquelle les choix de coupes sont plutôt satisfaisants. Par moments la cohérence est un peu gênée par les raccourcis, mais cela reste correct.

–          Le livre de poche jeunesse : une très bonne version, avec des coupes intelligentes. La police est très lisible et la présentation agréable. Cependant elle est un peu plus longue que la version précédente.

Dans tous les cas, si les jeunes lecteurs peinent à entrer dans l’histoire, ne pas hésiter à les accompagner jusqu’aux chapitres 8 et 9 où l’action débute réellement. Le cadre est important pour bien comprendre les personnages, mais il est vrai que les descriptions peuvent en décourager certains.

Phaenomen, Erick L’Homme

Quatre enfants sont les patients d’une clinique psychiatrique de la dernière chance. Ces enfants sont bizarres, éprouvent des troubles étranges. Violaine rêve toutes les nuits qu’elle est enfermée avec des dragons, et la journée, au-dessus des gens, elle voit des dragons. Nicolas est hyper-sensible à la lumière, et parfois voit le monde avec des couleurs étranges, ne reconnaît plus rien. Arthur mémorise tout, absolument tout ce qu’il voit, comme si son cerveau était un ordinateur. Claire ne parvient pas à se déplacer correctement et tombe sans cesse. Elle a l’impression de marcher dans un autre espace que celui qui l’entoure. Sous couvert de les aider et de les soigner, la clinique les assomme avec des calmants et cherche à les abrutir. Sauf le « Doc » Barthélémy, qui s’intéresse réellement à eux. Un jour, le Doc est enlevé par des hommes à la recherche de documents mystérieux, révélant un secret bouleversant pour toute l’humanité. Les quatre enfants se lancent à la recherche des documents, dans l’espoir d’obtenir une monnaie d’échange pour le Doc. Dans leur quête, leurs bizarreries vont se révéler être en fait des pouvoirs.

Mon avis : Le premier tome de la trilogie est passionnant. L’enquête est bien menée, on est dans un mélange de policier et de fantastique très réussi. Les personnages sont intéressants, leur psychologie est assez bien fouillée. Ce qui est intéressant c’est que les enfants ne sont pas des super-héros aux pouvoirs magiques, mais des êtres humains qui doutent à cause de leur différence, se sentent exclus du monde, et voudraient comprendre qui ils sont.

Les deux tomes suivants sont toujours aussi haletants, on a vraiment envie de savoir ce qui va se passer, mais moins riches dans l’étude des personnages. Le plaisir de la lecture est moins important. Le mystère part un peu dans tous les sens, mélangeant théorie du complot, secret des templiers, extra-terrestres… Néanmoins, la trilogie se lit facilement. A conserver cependant pour des enfants ayant déjà une certaine habitude de lecture (ou alors passionnés par l’univers fantastique) car certains éléments peuvent dérouter des petits lecteurs (les chapitres commencent tous par un texte en italique, extrait des pensées du personnage par qui commencera l’action du chapitre, cela peut être déroutant. Ils finissent également par un texte extrait d’un livre dont le thème est en rapport avec l’histoire, mais sans en faire partie. Cela enrichit la réflexion et donne un autre regard sur l’histoire, mais de petits lecteurs pourraient avoir du mal à comprendre).

A partir de 12 ans.

Chez amazon :