Bacha Posh, Charlotte Erlih

En Afghanistan, les femmes n’ont pas le droit de sortir sans être accompagnées d’un homme, un père, un frère ou un fils. Par conséquent, cela pose un problème dans les familles où il n’y a pas de garçon parmi les enfants. Pour remédier à ce problème, il existe une tradition, déguiser l’une des filles en garçon : on appelle cela une bacha posh. Cette fille a alors tous les droits des garçons : sortir librement dans la rue, étudier, faire du sport. Elle est exemptée des tâches ménagères réservées aux femmes dans cette culture. Et grâce à elle, sa mère et ses sœurs peuvent sortir, accompagnées. Cependant, le jour de sa puberté, cette liberté s’arrête, la jeune fille reprend son statut de fille, ne peut sortir plus que voilée intégralement, et accompagnée d’un homme.

Le roman raconte l’histoire de l’une d’elles, nommée Ferrukzad à la naissance, elle est depuis l’âge de 5 ans Ferrukh. Elle va à l’école, et a monté une équipe d’aviron. Forte de sa connaissance du français, elle a réussi à se procurer un bateau de compétition, et avec ses copains, ils espèrent pouvoir représenter l’Afghanistan aux jeux olympiques. Mais un jour, Ferrukhzad a ses premières règles, et est considérée désormais comme une fille. C’est sa petite sœur, Amira, qui va maintenant jouer le rôle d’un garçon. Les parents de Ferrukhzad mentent aux amis de celle-ci (celui-ci pour les amis), disent qu’il est parti. Ferrukhzad est désespérée, elle ne veut pas trahir ses amis si peu de temps avant les jeux olympiques. Elle va tenter de se révolter contre ses parents et la tradition.

Ce roman est très intéressant, je ne connaissais pas du tout cette tradition. Il n’y a pas de jugement ouvert sur cette tradition, le roman raconte juste les faits, l’action, et retrace les ressentis de la jeune fille.

Un article intéressant sur le sujet.

Acheter sur amazon :

Publicités

Tobie Lolness, Timothée de Fombelle (coup de coeur)

Résumé : L’histoire se passe sur un arbre. Des petits êtres, tout petit (dans cet univers, faire 2 millimètres, c’est être déjà très grand) vivent ici. Les habitants de l’arbre ne connaissent pas la vroman écologie adolescents nature aventuresie en dehors de leur arbre, qui constitue pour eux un monde complet, avec ses cascades, ses forêts, ses champs, ses animaux, ses problèmes climatiques… Tobie est le fils d’un savant génial, qui fait des expériences et a des théories novatrices sur cet univers dans lequel se déroule leur vie. Lorsque l’histoire débute, Tobie est en fuite. Ses parents ont été emprisonnés et tout le peuple de l’arbre est à sa poursuite, débordant d’une haine à son égard qu’il a du mal à comprendre. Le récit remonte alors un peu dans le temps et nous montre combien les théories du savant dérangent, surtout ceux qui ont le pouvoir et l’argent. La famille est d’abord exilée dans une région hostile (où pourtant Tobie fera des rencontres précieuses pour son cœur) puis pourchassée. Tobie fuit, découvre de nouvelles vérités, fait des rencontres formidables. Dans le deuxième tome, il trouve de l’aide dans plusieurs initiatives de résistance, et espère de tout son cœur retrouver ceux qu’il aime, ainsi que sauver l’arbre de cette destruction annoncée depuis longtemps par son père, et dont on voit désormais les effets.

Mon avis : Voici un roman formidable. L’aventure est présente à toutes les pages, le monde est fourmillant, détaillé, poétique, les personnages très attachants, variés et intéressants. En plus d’être un excellent roman d’aventures, ce roman nous apprend des choses sur la vie à toute petite échelle, et construit également une belle métaphore des dégâts que l’humanité impose actuellement à notre planète. Il n’y a plus qu’à espérer que nous serons aussi intelligents que les habitants de l’arbre et que nous saurons nous aussi lutter contre cette destruction. Une lecture coup de coeur pour moi.

Sur amazon :

Meto, tome 1 : La Maison, Yves Grevet

L’histoire commence dans un lieu étrange, appelé La Maison (du titre du premier tome). La Maison (Méto, tome 1)Ce lieu est peuplé de 64 enfants, classés par couleurs selon leur âge. Des hommes nommés les César font appliquer une discipline impitoyable, dont l’une des pires punitions est le Frigo : le coupable est enfermé un ou plusieurs jours dans un lieu à 0°. Le héros appartient à la catégorie des Rouges, les plus âgés. On lui confie la tâche de former un nouveau, un petit Bleu clair. Il lui apprend les règles du lieu : obéir sans cesse, compter 120 secondes avant d’être autorisé à manger, compter encore 50 secondes entre chaque bouchée, apprendre par cœur certains cours sans rien y comprendre… Peu à peu, Meto se pose des questions sur les buts réels de cet endroit, sur ce qui existe à l’extérieur, sur son origine, ce qui arrive aux enfants devenus trop vieux et qui quittent la maison, emmenés par des soldats étranges… Il lui faudra discerner ses alliés des traîtres, trouver des réponses à ses questions, résoudre à ses énigmes, tout cela sans se faire remarquer par les César.

Mon avis : Ce roman construit un univers étrange, et n’apporte dans le premier tome aucune explication sur les raisons de cette organisation si complexe et cruelle. Cela peut laisser le lecteur un peu perplexe. Au début j’ai trouvé ce manque d’informations un peu énervant, j’attendais d’avoir des éclaircissements à partir de la moitié du roman, mais finalement je me suis laissée prendre par l’intrigue et j’ai pris beaucoup de plaisir à la lecture (d’ailleurs, j’ai hâte de retourner au CDI demain chercher les tomes suivants ! Et j’attends de les avoir lus pour savoir si je le classe dans mes coups de coeur…). Le héros est un personnage vraiment intéressant. Je recommanderais toutefois de réserver ce roman à des adolescents ayant déjà un certain goût pour la lecture, car les autres trouveront cela peut-être un peu long. A partir de 12 ans.

Edit du 15 mai : J’ai pu aller chercher les deux autres tomes au CDI hier. Malheur !! J’ai passé la nuit à les dévorer. Une fois qu’on est accroché dans l’histoire, on n’en ressort plus !!

chez Amazon