La révolte d’Eva, Elise Fontenaille

Voici un roman ultra court, et ultra violent, à réserver aux ados les plus âgés et solides psychologiquement. Eva vit aroman pour ados qui détestent lirevec ses quatre soeurs, sa mère, son chien, et son père dans une petite maison en bord de forêt. Son père est un homme violent, fasciste, sadique. Il bat ses filles régulièrement, les oblige à faire le salut nazi devant Hitler, les humilie. Leur mère n’ose rien dire, elle qui a été pendant si longtemps la victime de ce monstre, avant qu’il ne se retourne contre ses filles. Eva est la troisième, et aussi celle qui a le plus de caractère, et donc sur qui le père s’acharne le plus. Mais elle sait trouver de la liberté, et quelques gouttes de bonheur dans la nature, la forêt, la neige, son ami le chien.

Mon avis : voici un roman bouleversant, par la violence dont il nous rend témoins, mais aussi par l’aveu de l’indifférence de tout l’entourage face à une telle violence. La phrase du gendarme à la fin m’a terrifiée. Cependant l’auteur a aussi su montrer la poésie de son héroïne, sa force morale, sa force de vie qui l’aident à trouver du bonheur dans de petites choses. A réserver aux ados à partir de 14-15 ans, idéal pour ceux qui détestent lire (43 pages seulement).

Sur Amazon :

Publicités

Freak city, Kathrin Schrocke

Résumé : Mika est un adolescent de 15-16 ans. Il ne sait pas vraiment où il en est avec sa petite amie qui a décidé de rompre au moins momentanément. Il sort au hasard dans un café branché, et rencontre une jeune fille vraiment très attirante, Léa. amour surdité handicap roman adolescents adolescence adoUn peu surpris par ses réactions étranges, il comprend qu’elle est sourde et qu’elle communique par la langue des signes. Il s’inscrit un peu sur un coup de tête à un cours pour apprendre lui aussi à signer. Peu à peu sa relation avec Léa se construit, il découvre l’univers des sourds, il apprend à connaître leurs codes, leurs difficultés, leurs forces aussi et pourquoi certains d’entre eux affirment qu’ils ne voudraient pas devenir des « entendants ». Mais son coeur ballotte encore un peu entre son ancienne petite amie Sandra et cette jeune fille fascinante mais un peu effrayante Léa. Il entre peu à peu dans le monde des adultes, découvre ses ambiguïtés, apprend la difficultés des choix, et la joie de s’assumer.

Mon avis : Voici un chouette roman. Cela se passe en Allemagne, il ne faut donc pas s’étonner que les âges de scolarité ne collent pas tout à fait avec les nôtres. La découverte de l’univers des sourds, des difficultés que rencontrent certains d’entre eux avec leur famille par exemple, les stratégies qu’ils mettent en place au quotidien pour surmonter leur handicap est vraiment passionnante. Il s’agit également d’une jolie histoire d’amour, intéressante car compliquée, comme dans la vraie vie. Ce roman s’adresse aux grands adolescents, capables de comprendre les ambiguïtés de la vie et des gens.

Bacha Posh, Charlotte Erlih

En Afghanistan, les femmes n’ont pas le droit de sortir sans être accompagnées d’un homme, un père, un frère ou un fils. Par conséquent, cela pose un problème dans les familles où il n’y a pas de garçon parmi les enfants. Pour remédier à ce problème, il existe une tradition, déguiser l’une des filles en garçon : on appelle cela une bacha posh. Cette fille a alors tous les droits des garçons : sortir librement dans la rue, étudier, faire du sport. Elle est exemptée des tâches ménagères réservées aux femmes dans cette culture. Et grâce à elle, sa mère et ses sœurs peuvent sortir, accompagnées. Cependant, le jour de sa puberté, cette liberté s’arrête, la jeune fille reprend son statut de fille, ne peut sortir plus que voilée intégralement, et accompagnée d’un homme.

Le roman raconte l’histoire de l’une d’elles, nommée Ferrukzad à la naissance, elle est depuis l’âge de 5 ans Ferrukh. Elle va à l’école, et a monté une équipe d’aviron. Forte de sa connaissance du français, elle a réussi à se procurer un bateau de compétition, et avec ses copains, ils espèrent pouvoir représenter l’Afghanistan aux jeux olympiques. Mais un jour, Ferrukhzad a ses premières règles, et est considérée désormais comme une fille. C’est sa petite sœur, Amira, qui va maintenant jouer le rôle d’un garçon. Les parents de Ferrukhzad mentent aux amis de celle-ci (celui-ci pour les amis), disent qu’il est parti. Ferrukhzad est désespérée, elle ne veut pas trahir ses amis si peu de temps avant les jeux olympiques. Elle va tenter de se révolter contre ses parents et la tradition.

Ce roman est très intéressant, je ne connaissais pas du tout cette tradition. Il n’y a pas de jugement ouvert sur cette tradition, le roman raconte juste les faits, l’action, et retrace les ressentis de la jeune fille.

Un article intéressant sur le sujet.

Acheter sur amazon :

Tu es une légende, Tim Winton

Ce roman est le troisième d’une trilogie. Je n’ai pas lu les précédents et cela ne m’a pas gênée une seule seconde. Il raconte l’histoire d’une famille très unie vivant en Australie. roman adolescents maladie dépression déprimeElle comporte deux parents dont le père est flic. Ils sont donc logés dans une maison prêtée par l’état, une maison un peu pourrie dans un quartier pas mal pourri. La mère est écolo, pleine d’énergie, elle élève ses trois enfants avec amour et bienveillance. L’aîné est le héros, il va au collège, s’est fait larguer l’année précédente par sa copine devant tout le monde, et cette année a dû supporter le déménagement de son meilleur copain. C’est pas trop la joie pour lui. Il a un frère cadet en fin d’école primaire, et une petite soeur encore bébé. Une vie assez banale somme toute. Mais d’un coup, tout change et devient compliqué. En effet, sa mère tombe en dépression et doit être hospitalisée. Lockie doit donc assumer la maison à sa place, changer la petite, faire les courses, préparer les repas, faire les lessives, et préparer sa rentrée au collège par dessus le marché. Il rend également visite à sa mère à l’hopital, essaie de renouer le contact avec elle par dessus ce brouillard de tristesse duquel elle semble incapable de sortir.

Ce roman est assez court, très agréable à lire. L’émotion est forte dans ce roman, il permet de découvrir la maladie de la dépression, souvent mal connue, et parfois méprisée. On peut ainsi mieux comprendre les gens qui en sont atteint. Cependant le roman ne tombe pas dans les lamentations et le désespoir. L’humour est toujours présent en sourdine pour nous remonter le moral, et le héros trouvera d’ailleurs une aide mystérieuse inespérée. Un très beau roman, émouvant et authentique.

Sur Amazon :

Le joueur d’échecs, Stefan Zweig

Sur un bateau, le narrateur rencontre le champion mondial des échecs, Czentovic, brute épaisse, personnage arrogant, cupide et illettré, mais génie monomaniaque des échecs. Des passagers l’affrontent, perdant sans aucune gloire toutes les parties, lorsqu’un mystérieux inconnu (désigné par les initiales M.B.) surgit, les aide, et parvient à mettre le champion à mal. Cet homme affirme n’avoir pourtant jamais joué aux échecs « pour de vrai ». Il va raconter son histoire, terrible, au narrateur. Il a subi de la part des nazis une torture mentale de l’isolement le plus complet, duquel il s’est échappé grâce à un manuel d’échecs.

Ce roman, très court (presqu’une nouvelle en fait) remporte un énorme succès auprès de mes élèves de 2nde et 1ère . C’est une de mes meilleures cartes pour amener à la lecture les élèves récalcitrants. Ils sont choqués par l’attitude de Czentovic, perturbés par l’histoire de M.B. et la taille particulièrement réduite du livre les met en confiance quant à leurs capacités de tout lire. A recommander absolument.

A partir de 14-15 ans.